Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
 
Nouvelles: BBA Info et son équipe vous souhaitent la bienvenue sur le Forum
 

Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
CABBA / Re : CABBA 2017-2018
« Dernier message par gagna le 19 mai 2018 à 09:42:56 »
El MOUDJAHID.COM : Quotidien national d'information


Ligue 2 (30e journée) : Le CABBA au paradis le GCM et le CAB au purgatoire
Le CABBA accède ainsi, grâce à un meilleur goal-average avec la JSMB.


Le Chabab Ahly de Bordj Bou-Arréridj retrouvera l’élite, dès la saison prochaine, quatre saisons après sa relégation. Par ailleurs, le Chabab de Batna et le Ghali de Mascara ont confirmé leur chute  en division nationale amateur, à l’issue de cette ultime journée du championnat de Ligue 2.

Auteur d’une précieuse victoire à domicile, face à l’ASO, qui n’avait rien à perdre ni à gagner, les poulains du coach Bouhenni ont assuré leur accession en Ligue-Une. L’unique réalisation de cette partie à sens unique est signé Messadia (51’).
«Je suis très heureux pour cet exploit. Ce fut un match difficile. Les joueurs étaient sous pression. Aussi, l’adversaire ne nous a pas facilité la tache. L’équipe retrouve ainsi la Ligue-Une. Cela récompense les efforts fournis durant toute la saison», a déclaré le coach de la formation de la ville phare de la région des Bibans. Le CABBA accède ainsi, grâce à un meilleur goal-average, avec la JSMB. De son coté, la JSM Bejaia à échoué aux portes de la L-1, alors que l’équipe était bien placée. Les protégés du coach Zeghdoud ont été tenus en échec (0-0) à Tlemcen.
«C’est très décevant d’échouer de cette manière, après une bonne saison. Cela dit, nous avons la conscience tranquille. L’équipe à tout donné, face à l’équipe du WAT, qui visiblement était très motivée. La JSMB n’utilise pas de moyens extra-sportifs», a indiqué Zeghdoud, en fin de match. Le Ghali de Mascara et le CA Batna, pratiquement condamnés avant cette manche n’ont pas réussi à sauver leur peau. Pour un dernier baroud d’honneur, le GCM a disposé à domicile de l’AS Ain M’lila (3-2). Pour sa part, le Chabab de Batna s’est incliné à Boussaâda face à l’Amel, par le score sans appel de (3 à 1). Le Mouloudia d’El Eulma, qui avait besoin des trois points pour assurer son maintien, a disposé chez lui face à la JSM Skikda. Les protégés de Lounici se sont imposés par le score de (2-1), au terme d’une rencontre très disputée.    R. M.
2
CABBA / Re : CABBA 2017-2018
« Dernier message par samir_3112 le 16 mai 2018 à 09:24:20 »
Bonjour à tous
Et Oui finalement c'est la bonne. Félicitations et Bravo à tous!
Peut être quelques amis peuvent-ils partager avec nous  quelques photos ou vidéos  des rues de Bordj après le match. Qu'ils soient infiniment remerciés.
Amitiés
Ould Lagraphe

3
CABBA / Re : CABBA 2017-2018
« Dernier message par Sof le 15 mai 2018 à 23:14:10 »
Finalement, ça sera pour cette année et jusqu'au bout du suspense !
Bravo à tous ceux qui y ont cru
 p12

Ça doit être la fête à Braidja ce soir
4
CABBA / CABBA 2017-2018
« Dernier message par gagna le 12 mai 2018 à 18:21:34 »
Bonsoir,
Malheureusement après leur défaite, le CABBA n’accédera pas en L1. Dommage, peut-être pour l'année prochaine?
5
Discussions générales / Re : LA TRIBUNE,....POUR TOUTES ET POUR TOUS,
« Dernier message par gagna le 12 mai 2018 à 11:55:34 »
Bonjour les amis,

La cité Les Dunes, dans la commune d’El Mohammadia, illustre les dysfonctionnements de la gestion de la collecte des ordures ménagères dans la capitale.

A quelques centaines de mètres du projet de la Grande Mosquée d’Alger, cette cité est un véritable dépotoir à ciel ouvert, où des déchets ménagers s’amoncellent à longueur de journée.

Le bâtiment HLM qui longe le quartier est parsemé de tas d’ordures ; d’ailleurs, on n’y distingue que difficilement les entrées qui se confondent avec les niches d’ordures. La décharge s’étale sur une centaine de mètres. Les sacs d’ordures sont directement jetés des balcons. Les passants doivent les enjamber pour se rendre au siège de l’Apc, au marché ou bien dans les différents cabinets médicaux qui y sont établis.

Des couches bébés sales, des restes de nourriture et les déchets des commerçants limitrophes ainsi que les odeurs nauséabondes constituent un décor quotidien dans ce quartier, alors que les efforts d’embellissement touchant les façades donnant sur le centre-ville ont du mal à masquer ce côté hideux de la ville.

Cette situation «qui devient intenable» et «un cauchemar» pour la population n’est pas près de prendre fin et risque de s’aggraver durant le mois de Ramadhan avec l’augmentation du volume des déchets qui accompagne généralement le mois sacré.

C’est une situation dérange les habitants du quartier qui subissent ces désagréments tous les jours. «On a beau organiser des actions de nettoyage et de sensibilisation, elles se soldent toujours par un échec, puisque les ordures envahissent les lieux juste après», se plaint un groupe de jeunes habitant le quartier et qui se disent gênés par la situation qu'eux-mêmes subissent. Certains commerçants expliquent la situation par «la mauvaise gestion des grands ensembles d’habitations».

Pour le gérant d’un kiosque multiservice au niveau des locaux du HLM, ce genre de bâtiments conçus pour abriter tout un quartier avec des centaines de foyers n’ont pas été accompagnés par les moyens de gestion de l’hygiène. «Auparavant, il y avait les concierges qui veillaient au respect des horaires de dépôt des poubelles, mais maintenant c’est l’anarchie totale», se désole-t-il.

L’incivisme, qui se traduit par le non-respect des horaires de dépôt des ordures ménagères, sans respect des points de décharge, fausse en effet tous les plans mis en place par l’entreprise chargée de la collecte des immondices.

Des responsables d’Extranet, l’entreprise prestataire de la collecte des déchets ménagers au niveau cette commune, avouent ne rien pouvoir faire «face au comportement négatif» de certains habitants.

Au niveau de ce quartier, les agents de cette entreprise de collecte des déchets font jusqu'à trois rondes par jour, assure son premier responsable. «Le comportement de certains habitants nuit en effet aux efforts des autres», souligne Rachid Mechab, directeur général d’Extranet, l'Epic chargé de la collecte des déchets ménagers des communes de la périphérie d’Alger. M. Mechab préfère parler de comportements négatifs de certains individus, ce qui expliquerait certains points noirs dans la collecte des déchets. L’entreprise a doublé ses actions de sensibilisation et de rotation pour assurer une bonne prestation. Un plan «spécial été» a été annoncé par cette entreprise qui a élargi le nombre des rotations, dont une matinale qui commence à 4h et une autre le soir qui commence à 19h et se termine à 2h.

Extranet a prévu une rotation de jour et un effectif et un matériel «mobilisés dans leur intégralité à partir du 2 mai jusqu’au 15 septembre», assure le premier responsable de cet Epic. Mais tous ces moyens n’auront pas l’effet souhaité sans l’adhésion des habitants.

Des Maires passifs

Pour M. Mechab, les premiers responsables des APC doivent assurer leur responsabilité de garants de l’ordre et du bien-être des administrés. «Extranet est un outil au service de la collectivité, mais l’APC doit assumer son rôle de régulateur en luttant contre ces comportement nuisibles», a confié à El Watan M. Mechab.

Les responsables d’APC ont-ils le pouvoir de verbaliser les auteurs de comportements nuisibles ? «C’est compliqué», répond le président de la commission hygiène, santé et environnement de la commune de Draria. Pour cet élu, il faut diagnostiquer les causes de l’amoncellement des ordures, même avec le renforcement des rotations de collecte.

Ces points noirs se multiplient à cause de l’incivisme des citoyens, mais aussi des points de vente informels. Les marchés constituent les points noirs au niveau de toutes les communes et un casse-tête pour la gestion de l’hygiène pour les APC qui sont ainsi appelées à multiplier les moyens, ceux des EPIC de nettoyage étant dépassés. La gestion de ce volet de la vie quotidienne de la ville est «très compliqué», estime Yacine Mahtout, président de la commission hygiène, santé et environnement e la commune de Draria.

Cet élu FFS fait un lien direct entre les points de vente informels et la prolifération des dépotoirs anarchiques dans la commune. Des campagnes de sensibilisation sont régulièrement organisées, ciblant les commerçants, pour le respect des horaires de la collecte. «Même si ces campagnes ont un écho favorable auprès des commerçants en situation régulière, leur résultat est anéanti par l’anarchie causée par les commerçants informels. Et dans ce genre de situation, qui verbaliser ?», s’interroge notre interlocuteur.

Ce dernier expose également les contraintes liées aux statuts des entreprises prestataires dont la gestion répond à une feuille de route de la daïra plutôt qu’à la prestation d’une entreprise économique à laquelle sont demandés des efforts de concurrence. Le même élu plaide pour l’intensification de la communication des horaires et plans de collecte et pour l’implication des promoteurs immobiliers conformément à la réglementation. La gestion des déchets est une méthode qui se réfléchit à la «seconde» et non à travers les réunions hebdomadaires avec tous les partenaires, estime Abdelghani Ouicher, ex-président de l'APC des Eucalyptus.

Moyens limités

«Le premier responsable de la mairie doit mobiliser les ressources à son niveau pour pallier la moindre panne de camion de collecte ou remplacer les agents absents de l’entreprise prestataires ; donc, il faut avoir les bons mécanismes de gestion», nous explique-t-il. Pour cet ancien élu local, les APC doivent utiliser les prérogatives dont elles disposent pour lutter contre l’incivisme. M. Ouicher souligne que le président d’APC dispose du droit de faire appel à des inspecteurs d’hygiène assermentés, qui peuvent être chargés de relever les infractions à l’environnement et l’hygiène dans la ville.

«C’est un moyen dont dispose l’élu, mais qui n’est pas utilisé», souligne M. Ouicher. Ce dernier plaide également pour la lutte contre l’informel, «principal facteur du manque d’hygiène dans nos villes». Chargé de la collecte des ordures ménagères dans 26 communes, Netcom fait face à un manque de moyens.

Selon une source proche de la wilaya, l’entreprise, qui comptait 6000 employés, tourne actuellement avec 4000 agents, les recrutements étant gelés en raison de la crise. Netcom couvre 20% de la superficie de la capitale, mais ce sont les communes les plus denses en nombre d’habitants. La direction de la communication de cet établissement lance des campagnes de sensibilisation pour faire face au mois de Ramadhan, période durant laquelle la quantité de déchets double en raison des quantités de nourriture jetées.

Les équipes de Netcom sont exploitées au maximum, mais la réalité du terrain dépasse les prévisions. «Les études et les moyens mis en place prévoient 1,2 kg de déchet par habitant et par jour, mais la réalité dépasse largement ces chiffres, ce qui nécessite plus de moyens», souligne Mme Yakoubi, chargée de la communication à Netcom. Le reste de l’année, Netcom collecte 1200 tonnes de déchets par jour ; cette quantité atteint 2200 tonnes/jour durant le Ramadhan.

En plus de l’incivisme, les agents de Netcom affrontent un relief difficile dans certaines communes et des ruelles étroites, sans compter la distance séparant les points de collecte, ce qui ne laisse pas le temps aux équipes pour prévoir des périodes d’entretien.
 
Fatima Aït Khaldoun-Arab
6
Discussions générales / Re : T'Berna = Café
« Dernier message par gagna le 04 mai 2018 à 11:49:31 »
Bonjour,
appréciez ce poème chers amis.
La volonté de vivre
 

Lorsqu’un jour le peuple veut vivre,
Force est pour le Destin, de répondre,
Force est pour les ténèbres de se dissiper,
Force est pour les chaînes de se briser.
Avec fracas, le vent souffle dans les ravins,
au sommet des montagnes et sous les arbres

disant :

« Lorsque je tends vers un but,
je me fais porter par l’espoir
et oublie toute prudence ;
Je n’évite pas les chemins escarpés
et n’appréhende pas la chute
dans un feu brûlant.
Qui n’aime pas gravir la montagne,
vivra éternellement au fond des vallées ».

Je sens bouillonner dans mon cœur
Le sang de la jeunesse
Des vents nouveaux se lèvent en moi
Je me mets à écouter leur chant
A écouter le tonnerre qui gronde
La pluie qui tombe et la symphonie des vents.

Et lorsque je demande à la Terre :
« Mère, détestes-tu les hommes ? »
Elle me répond :
« Je bénis les ambitieux
et ceux qui aiment affronter les dangers.
Je maudis ceux qui ne s’adaptent pas
aux aléas du temps et se contentent de mener
une vie morne, comme les pierres.
Le monde est vivant.
Il aime la vie et méprise les morts,
aussi fameux qu’ils soient.
Le ciel ne garde pas, en son sein,
Les oiseaux morts
et les abeilles ne butinent pas
les fleurs fanées.
N’eût été ma tendresse maternelle,
les tombeaux n’auraient pas gardé leurs morts ».

Par une nuit d’automne,
Lourde de chagrin et d’inquiétude,
Grisé par l’éclat des étoiles,
Je saoule la tristesse de mes chants,
Je demande à l’obscurité :
« La vie rend-elle à celui qu’elle fane
le printemps de son âge ? «
La nuit reste silencieuse.
Les nymphes de l’aube taisent leur chant.
Mais la forêt me répond d’une voix
aussi douce que les vibrations d’une corde :
 » Vienne l’hiver, l’hiver de la brume,
l’hiver des neiges, l’hiver des pluies.
S’éteint l’enchantement,
Enchantement des branches
des fleurs, des fruits,
Enchantement du ciel serein et doux,
Enchantement exquis des prairies parfumées.
Les branches tombent avec leurs feuilles,
tombent aussi les fleurs de la belle saison.
Tout disparaît comme un rêve merveilleux
qui brille, un instant, dans une âme,
puis s’évanouit.
Mais restent les graines.
Elles conservent en elles le trésor
d’une belle vie disparue… »

La vie se fait
Et se défait
Puis recommence.
Le rêve des semences émerge de la nuit,
Enveloppé de la lueur obscure de l’aurore,
Elles demandent :
« Où est la brume matinale ?
Où est le soir magique ?
Où est le clair de lune ?
Où sont les rayons de la lune et la vie ?
Où est la vie à laquelle j’aspire ?
J’ai désiré la lumière au-dessus des branches.
J’ai désiré l’ombre sous les arbres »

Il* dit aux semences :
« La vie vous est donnée.
Et vous vivrez éternellement
par la descendance qui vous survivra.
La lumière pourra vous bénir,
accueillez la fertilité de la vie.
Celui qui dans ses rêves adore la lumière,
la lumière le bénira là où il va. »
En un moment pas plus long
qu’un battement d’ailes,
Leur désir s’accroît et triomphe.
Elles soulèvent la terre qui pèse sur elles
Et une belle végétation surgit pour contempler la beauté de la création.

La lumière est dans mon cœur et mon âme,
Pourquoi aurais-je peur de marcher dans l’obscurité ?
Je voudrais ne jamais être venu en ce monde
Et n’avoir jamais nagé parmi les étoiles.
Je voudrais que l’aube n’ait jamais embrassé mes rêves
Et que la lumière n’ait jamais caressé mes yeux.
Je voudrais n’avoir jamais cessé d’être ce que j’étais,
Une lumière libre répandue sur toute l’existence.
7
Discussions générales / Re : T'Berna = Café
« Dernier message par rico le 02 mai 2018 à 20:01:52 »
en 1965 les WHO chantaient "my generation",en 2018 ould abbes nous ramene"jil bouteflika" la voici selon le caricaturiste dilem
8
Discussions générales / Re : LA TRIBUNE,....POUR TOUTES ET POUR TOUS,
« Dernier message par OLIVETTI1956 le 02 mai 2018 à 10:35:30 »
Bonjour a tous .

       

Raïna Raïkoum :
 
Le «par hasard»
par El Yazid Dib


C'est vrai qu'il peut s'agir d'une coïncidence venue à point nommé. Donc il en sera déduit qu'aucune volonté ou acte prémédité n'en était venu pour parachever l'accomplissement. Mais dans son produit final tout le monde saura que rien et à juste titre n'est fait « au hasard ». Tout se tisse, se trame, se brode et finalement s'argumente.

Ce n'est rien d'autre qu'un simple laisser-faire ou laisser-aller. Parfois il lui faudrait une banale circonstance, un mot, un climat pour qu'il puisse faire éclairer un ciel brumeux ou remplir une poche auparavant nid d'araignée. Il fait aussi des miracles pour ceux qui n'avaient comme rêve qu'une envie d'avoir la possibilité de regarder les maîtres en leur donnant, par artifice, l'illusion qu'ils sont maintenant les vrais maîtres. Ainsi ce hasard sait bien faire de certaines choses une bonté ou une apostasie. Il sait en pleine complexité rendue acceptable faire de certains êtres nés pâles des copies lumineuses et rugissant leur « incontournabilité ».

C'est pourtant simple la trajectoire d'une vie. L'on vient au monde sans identité ni badge professionnel ou électif, seulement avec des indices génétiques, sans fard, seulement avec un cri innocent, sans poste ni emploi, seulement avec l'envie de téter pour mettre son bec à n'importe quel pic, pourvu qu'il produit du jus. De ces fonctions liminaires, certains n'ont retenu que l'irrésistible instinct trop développé de l'allaitement. Adultes, ils pointent, après ciblage approprié, les généreux tétons publics où l'allaitement se livre à domicile ou à distance, parfois avec plus de tonus, plus de personnalisation.

Chacun de nous a dans l'une des cases de sa mémoire fraiche ou archivée un exemple à donner où le hasard, la chance ou la providence ont fait de l'un quelqu'un et d'un autre, un quelconque. Les paramètres n'ont jamais été équitables pour se voir s'appliquer distinctement.

L'on ne saura plus pouvoir appeler les choses bizarres par leur nom. Sinon comment peut-on justifier qu'un ânon arrive à se reproduire dans l'espèce d'un cheval, sachant qu'un poulain est naturellement en cheminement biologique de devenir un jour un étalon ? Qui du hasard ou de l'esbroufe a donné de la notoriété à des gens effacés et ombrageux dans une cité où la seigneurie a foutu le camp ? C'est de cette manière négative à vouloir pondre des personnalités malgré leur mauvais « embryonnage », que l'on arrive à vider toutes les cités de leur substance.

Les fausses réussites semblent durer et même trop durer, en plus pour certaines elles se lèguent en héritage. Paradoxal, mais tenable selon une logique disant que c'est à la fin de tenir lieu de justification de la procédure et du moyen. Machiavélique, mais possible dans un monde où l'angélisme est une inculture tenace. Voir l'un gravir les marches sans effort, l'autre faire du surplace, disons que c'est par hasard que les deux se sont trouvés là où chacun fait des siennes.

Autrement dit le hasard peut être cette usine où se manufacturent les carrières, les fortunes et les bonnes étoiles, ou ce broyeur où se concassent le mérite et la patience.





 
9
Discussions générales / Re : T'Berna = Café
« Dernier message par rico le 01 mai 2018 à 19:15:05 »
ou va l'algérie?une employée courageuse qui dénonce la corruption et la hogra au sein de la sonatrach devant son pdg
https://www.youtube.com/watch?v=T_4Bj2gu1KA
10
Discussions générales / Re : T'Berna = Café
« Dernier message par rico le 30 avril 2018 à 19:40:04 »
en ce pays je vais perdre la tete ou la raison,offrir un cheval à un portrait géant c'est unique dans l'histoire de l'humanité.
https://www.youtube.com/watch?v=TTLpS75WKaw
Pages: [1] 2 3 ... 10
Page générée en 0.17 secondes avec 11 requêtes.
Personnalisé par BBA Info le lundi 27/02/2012 -- Contactez-nous