A mes chers compatriotes et aux autres, si affinités…

, par  Omar Tibourtine , popularité : 2%

Chez nous, nous aimons abuser de formules au sens surfait jusqu’à la niaiserie : khouya , akhi, dhraî, h’bibi, chriki, ikhouana el arab, ikhouana el mouslimines( tout y passe !).

Cela défie les registres d’état civil les plus approximatifs ! Ailleurs, en Egypte par exemple, plusieurs médias des plus sérieux aux plus fantaisistes ne font jamais d’amalgames et ne manquent pas de discernement . Ils connaissent bien leur histoire et l’assument.

Ils disent tous : « Nous allons donner une « leçon » à ces amazigh qui se prennent pour des arabes ». En la matière ,mes chers compatriotes l’Histoire leur donne raison. C’est là notre premier échec, il est Historique. On n’arrive pas à assumer notre Histoire et donc notre identité .

Les égyptiens, la schizophrènie … ils ne connaissent pas ! ce n’est pas notre cas ! Toujours les égyptiens et des zélés algériens de l’égyptophilie , ils se targuent de l’aide qu’aurait apporté l’Egypte à l’Algèrie pendant la guerre de libération.

Ceux là , mes chers compatriotes, nous devrions les renvoyer à leurs livres d’Histoire afin qu’il s’informe mieux sur le projet Nasserien et les manipulations diaboliques de Fethi Dib (chef des moukhabarates) pour s’approprier la révolution algérienne allant jusqu’à demander les « têtes » de certains combattants de l’intérieur, qui ne leur étaient pas dociles …rien que cela !!! Beaucoup de nos cadres égyptophiles se révèlent êtres aujourd’hui alliés objectifs de l’impérialisme culturel égyptien qui sévit depuis plusieurs décennies dans nos services (radio, télévision, et autres médias…).

Envers ces amnésiques et ces bradeurs de la culture algérienne, nous n’avons pas été assez vigilants . Il s’agit là d’une autre erreur historique.

De ma mémoire d’algérien de soixante ans, je ne me souviens pas d’une équipe étrangère agressée en Algérie. Pire encore, nous avons assisté en directe au comportement de voyou d’un vulgaire individu, entraineur égyptien de son état, sur la pelouse de Bedjaia.

Ce voyou a même passé la nuit en toute quiétude pour repartir chez lui. Pour être civilisé au 21° siècle, il ne suffit pas d’être natif d’un pays qui a connu dans un passé lointain une florissante civilisation. L’amitié n’est pas un vain mot ,et les égyptiens ne se trompent pas d’amis, ce n’est pas le cas de nos responsables politiques !

Majeure erreur d’appréciation ! Les médias égyptiens ont depuis plusieurs semaines préparé l’opinion publique, jusqu’à pousser leurs responsables sportifs , au plus haut niveau, à adopter un discours qui ne trouve sa place que dans des champs de joutes guerrières. A cela point d’égal du coté algérien où les médias lourds sont entre les seules mains d’un état, qui se retrouve « de facto », allié objectif de ses frères égyptiens capables de tous les dépassements !

Quant à leurs 35 millions de frères algériens ? ceux là ne sont bons que pour animer la galerie face à un discours démagogique , tardifs et populistes d’un autre age . Des orateurs et des charmeurs de serpents qui perçoivent la pression de la rue et essayent de l’amadouer par des mesurettes qui ne trompent personnes( avions , autocars, billets, à manger et à boire pour tous…).

Mes chers compatriotes , je n’aime pas la guerre, je l’ai déjà vécue, et voilà pourquoi je ne suis pas prêt à tolérer qu’une de goutte de sang de mon compatriote coule ! je ne suis pas prêt à échanger une goutte de sang de mon compatriote contre tout l’or du monde.

Il y va de la dignité d’une Nation et du respect de l’algérien en tant que citoyen. Nos responsables politiques ne l’entendent pas de cette oreille et n’ont pas boycotté ces joutes cairotes sous l’œil méprisant de la FIFA.

Ne pas avoir rapatriés nos dignes ambassadeurs du sport relève d’un acte irresponsable et indigne. Tout ce qui se passe est un marqueur de l’incompétence des responsables qui sont allé, pour certains, jusqu’à relativiser le drame voire accuser leurs compatriotes de co-responsables de toutes les dérives ! Mes chers compatriotes , pour notre survie en tant que Nation, assumons notre Histoire et ne soyons pas amnésique.

(je vous prie d’excuser mes quelques »coquilles »)

Omar Tibourtine

Photographie de l’article : Tableau "La mémoire" du peintre Samir Bensalem

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria