Le cri de détresse...

, popularité : 1%

Dans ma dernière contribution je soulevais le problème des fuites d’eau au quartier Kahina, problème pris en charge immédiatement après la parution de l’article sur ce site. Mais malheureusement , les avaloirs sont restés sans solution, l’APC a fait la sourde oreille après les sollicitations des habitants à plusieurs reprises auprès des services concernés.

Maintenant, chers internautes, je vous envois quelques descriptions de certains endroits qui méritent d’être pris en considération.

Effectivement , l’Etat consacre beaucoup d’argent pour les travaux de la ville mais malheureusement le suivi et le savoir faire sont inexistants. Les images que j’ai mises à la disposition des citoyens n’ont pas besoin de commentaires et celles-ci interpelleront peut-être, non seulement les services mais également certaines personnes manquant réellement de civisme ou narguant carrément l’autorité.

Doit on autoriser ces derniers à salir ces endroits, à occuper notre espace de vie d’une manière anarchique, à détruire ce que l’Etat avait déjà construit avec nos deniers, à......, à......... Une chose est sûre, si l’intervention des services d’ordre tarde à réprimer ces vandales, on risque de mourir à petit feu et assister à un désastre humain .

Le moment est venu d’interpeler ces irréductibles à suivre le droit chemin. Je ne comprends pas , c’est toujours cette poignée de citoyens qui croit tout se permettre, impose son dictat sur le trottoir, sur la voie des automobilistes enfin partout.

Quelques photos ont été prises à 19h , les commerçants des baraques du souk n’ont pas encore pris leurs bagages , empêchant même les balayeurs à faire leur travail. Il serait plus raisonnable d’arrêter toute vente à partir de 13h et de permettre aux services d’hygiène de prendre place, ainsi les habitants peuvent respirer un bon bol d’air pur et laisser les jeunes pratiquer chacun sa discipline. Enfin ce n’est qu’un avis personnel.

L’endroit de cette situation se trouve en face de anciennes galeries algériennes, Abdelkader el Bariki et en face du pont de M’sila.

M.B.

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria