La surcharge et la fraude scolaire

, popularité : 2%

La surcharge scolaire ne peut engendrer que la fraude. Toutes les normes pédagogiques sont bafouées : le nombre d’élèves par classe, le volume horaire , l’excès de matières et une overdose de leçons. De quoi faire tenter les anges ! Quant au diable, il quitte carrément l’école car son cynisme l’a rendu opposant. Il préfère une carrière parlementaire, une véritable mine d’or pour les recalés. Et dire que ce sont ces mêmes élus qui gèrent l’école algérienne car le dernier mot revient aux politiciens et non aux pédagogues. Toutes les contradictions se sont donnés rendez-vous dans notre pauvre école.
La surcharge engendre la fraude, on a même introduit les nouvelles technologies pour copier au cours des compositions et des examens. Il y a une vingtaine d’années, les élèves utilisaient leurs mains ou des bouts de papier appelés ironiquement des talismans pour copier une réponse d’histoire ou de géographie. Aujourd’hui, les temps ont changés et le bluetooth et le kit-man sont devenus des armes de prédilection des fraudeurs. Tout le monde est complice et le prof surveillant ferme les yeux si c’est un cousin ou un voisin. Même les parents d’élèves font partie de la mise en scène. Pourvu que nos rejetons réussissent. Je crois que les Algériens détiennent le record de la fraude. Vous me direz que les élèves prennent l’exemple chez les adultes.
Le mois de juin est bourré d’examens, c’est aussi le mois de la plus grande fraude scolaire de l’année.
Da Snitra

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria