Grippe aviaire : la menace

, par  Layachi Salah Eddine, Le Soir d’Algérie. , popularité : 1%

Selon la Direction des services agricoles (D.S.A.), près de 80% et 60% respectivement des poulets de chair et poules pondeuses, qui représentent pas moins de 10.000 poulets domestiques, ont été decimés par l’épidémie. Il est à signaler qu’aucun cas n’a fait l’objet d’une alerte d’une infection chez l’homme de la part des autorités médicales publiques ou privées de la wilaya de Bordj-Bou-Arréridj.

A ce titre, la grippe aviaire a été signalée dans les communes suivantes : El Achir - Sidi Mebarek - Aïn-Tassara et Aïn Soltane. La population de la wilaya de Bordj-Bou-Arréridj se demande de manière responsable et consciencieuse pourquoi la viande blanche (poulet) se vend aux souks, aux marchés improvisés, dans les rues, dans les ruelles, sur les chemins de traverses, sans aucun examen médical sanitaire, et surtout dans les restaurants où on propose aux clients « Chtitha Djaj », sans s’inquiéter de la santé des consommateurs et encore moins du citoyen et de sa famille. Il est clair que ce virus nécessite une surveillance, car la population profane en la matière perçoit cette infection comme pas très redoutable, et ce par ignorance. Pourtant, la grippe aviaire est une véritable menace de santé publique, même si pour l’instant elle n’a pa enregistré auprès de la population des pandémies grippales.

Malgré tout, on est en face d’un évènement qui n a pas encore pris toute son ampleur. Le problème qui se pose, eu égard aux cas d’épidémie, est qu’il est possible que ce soit les élevages commerciaux et non les oiseaux migrateurs, qui jouent un rôle décisif dans l’émergence de souches pathogènes de grippe aviaire.

Layachi Salah-Eddine

Le Soir d’Algérie

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria