Fuite des sujets du Bac : Les mis en cause identifiés et arrêtés

, popularité : 3%

Nouveau rebondissement dans l’affaire de la fuite des sujets de l’examen du baccalauréat. En effet, l’enquête confiée à la gendarmerie vient d’identifier les personnes à l’origine de ce scandale qui sont au nombre de huit.

Selon nos sources, émanant du commandement national de la Gendarmerie, il s’agit de trois agents de l’Office national des examens et concours (ONEC) à Alger et de leurs complices, au nombre de cinq, qui sont appréhendés dans les villes d’Oran, Bordj Bou-Arréridj et Ain Témouchent. Des complices qui, selon notre source, n’ont aucun lien avec l’ONEC, ce qui n’a pas empêché les trois agents indélicats relevant de cet organisme d’échanger avec eux des sujets de l’examen du Bac des jours avant la date prévue pour cet examen. Pour quel motif où encore quel est donc ce mobile ayant poussé des agents de l’ONEC à agir de la sorte ? L’enquête, toujours en cours, saura répondre sous peu à cette question. Une enquête que l’on peut assimiler à un véritable travail de fourmi mené par les mêmes services de sécurité qui ont interpellé, dans un premier temps, des dizaines de personnes parmi l’effectif de l’ONEC et des directions de l’Education (DE) relevant d’une trentaine de wilayas. L’enquête se voulait d’entrée de dimension nationale et les investigations menées dans différentes wilayas et sous la supervision des procureurs se sont traduites dans un premier temps par l’interpellation de dizaines de personnes. Les gendarmes enquêteurs ont, en effet, auditionné des cadres de l’Education nationale, des enseignants et des chefs de centre d’examen. De fil en aiguille, les enquêteurs de la Gendarmerie sont ainsi parvenus à identifier les mis en cause impliqués dans ce scandale.
Ils sont donc au nombre de 8 et, jusqu’à hier, ces personnes incriminées étaient en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie en attendant leur présentation devant la justice. Il reste que l’enquête engagée à ce propos est toujours en cours, et la possibilité de nouveaux rebondissements concernant cette affaire qui a déjà fait couler beaucoup d’encre n’est pas exclue.
L’enquête diligentée a permis de saisir les outils utilisés pour la fuite, notamment des ordinateurs, des disques compacts (CD) et autres. Selon notre source, les enquêteurs de la gendarmerie nationale ont été secondés par des gendarmes experts en cybercriminalité du Centre national de lutte contre la cybercriminalité relevant du Commandement, outre l’Institut de criminologie et de criminalistique de la gendarmerie nationale qui effectue actuellement une expertise des outils utilisés pour la fuite.

Karim Aoudia
El Moudjahid

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria