La lutte contre la drogue, une priorité

, par  layachi salaheddine , popularité : 5%

La lutte contre la consommation de la drogue et sa vente constitue une priorité pour la police de la wilaya de Bordj-Bou-Arréridj et un moteur des plus importants pour la mobilisation de toutes les compétences des éléments de la DGSN, pour endiguer le fléau de la drogue.
A ce titre, plusieurs opérations ont été effectuées par la police judiciaire qui a permis de relever plusieurs infractions liées aux stupéfiants et psychotropes, notamment l’usage, la détention et les ventes.
A ce titre, les statistiques de la Sûreté de wilaya ont fait ressortir, durant l’année 2015, l’arrestation de 195 personnes, dont 6 mineurs et une jeune fille. Ces derniers avaient en leur possession 4 kilogrammes, 180 grammes de kif traité et 25 585 comprimés psychotropes.
En 2016, 3 kilogrammes de kif traité et 38 655 comprimés psychotropes ont été saisis. cette opération s’est soldée par l’arrestation de 253 personnes, dont 7 mineurs. Et enfin, pour la période du premier trimestre 2017, elle s’est ponctuée par l’arrestation de 48 personnes, en possession de 670 grammes de kif traité, 589 comprimés psychotropes et 82,81 grammes de cocaïne.
La police fait aussi dans la prospective pour arrêter la machine infernale de la drogue, elle explore les territoires de la drogue, et tous les espaces territorialisés par la violence, ce qui a permis à la police des stupéfiants de faire une cartographie des zones de la ville et des villages, des routes, rues et ruelles empruntés par les trafiquants de drogue et toute autre forme de délinquance tel le terrorisme.
Les experts de la police savent que les narcotrafiquants, quel que soit leur degré d’implication dans la machine criminelle, sont susceptibles d’avoir un lien étroit avec le terrorisme.
A l’inverse du pétrole, le trafic de drogue est devenu pour notre voisin, le Maroc, une source inépuisable et des plus rentables, pour renflouer ses banques en ces temps de crise économique. Le roi du Maroc, et ce n’est un secret pour personne, gère le cartel de la drogue comme une multinationale : le meurtre vaut licenciement, la décapitation que l’on voit sur Youtube, vaut publicité et la production de drogue et les psychotropes provenant du Maroc vers l’Algérie valent diversification des marchés.
Le roi du Maroc Mohammed V a surpassé la reine Victoria 1re dans le trafic de la drogue. En effet, la reine Victoria 1re d’Angleterre, en 1819-1901, produisait l’opium en Inde, puis l’importait de Chine par milliers de tonnes.
La lutte contre la machinerie diabolique de la drogue est l’affaire de tout le peuple algérien et non pas uniquement des services de sécurité.

Layachi Salah Eddine
Le Soir d’Algérie

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria