Bordj Bou Arreridj -la bataille de Dahaissa

, par  Rebbache Laid , popularité : 3%

Pour que nul n’oublie la révolution algérienne et que la ville de Bordj Bou
Arréridj a été parmi tant d’autres villes d’Algérie à avoir sa bataille.

En 1961, en pleine guerre d’Algérie (1954 – 1962), la bataille de Dahaissa a eu
lieu à quelques encablures de la sortie sud – ouest du Pont des chemins de fer
tout juste à la ferme du nom d’un européen ASSIE connu des habitants de Bordj Bou Arréridj-ville (le lieu de la ferme est compris dans l’actuelle zone industrielle sud de la ville).

Un après midi, probablement au printemps ; de notre logis de famille, face à la
résidence de l’ex sous-préfecture(appellation actuelle de la daïra) redevenue
préfecture (appellation actuelle de la wilaya ) au Faubourg des jardins, dans un
ciel dégagé , nous voyons, à partir de la prairie avoisinante, dite Merdjet Kara,
(construction première de la wilaya, actuelle station de la radio régionale de BBA
et des services de directions diverses ), les tirs de
l’aviation française de couleur jaune appelée avion de chasse sur l’endroit cité plus haut.

Le lendemain, les membres de cellules de la ville rapportaient les éléments
détaillés de cet évènement.

Les combattants de l’A.L.N. (Armée de Libération Nationale) avec deux officiers,
avait une mission à accomplir à B.B.A.. Ils se sont donné comme point de rencontre cette ferme d’habitude visitée située au lieu dit : DEHAISSA.

Des jours passèrent où une fuite d’information de leur séjour dans ce domaine
agricole a mis au courant les autorités militaires françaises.

Une colonne d’engins de guerre remplie de soldats fut dirigée vers cette ferme,
encerclement procédé où un officier de haut rang –lieutenant colonel – approchant
cette habitation d’exploitation agricole avec un haut parleur manuel annonçait
aux éléments de la libération du pays de capituler afin d’éviter un bain de sang
sur ce lieu cerné.

Un avion dit mouchard inspectait les lieux.

Une fumée sortait de la cheminée s’avérant l’incinération de toutes les archives
de la révolution en leur possession afin de ne pouvoir mettre en danger les
membres de cellules de l’OCFLN de la ville de BBA . Le courage de mourir en
sauvant les autres.

Nos combattants de l’ALN font sortir le métayer, sa femme et l’enfant .

Ces
derniers une fois éloignés du lieu, le premier tir provenant de l’intérieur
atteint mortellement l’officier de l’armée française.

Nos moudjahiddine avaient des armes de longues portées, tiraient dans tous les
sens où les militaires de l’ennemi touchés et évacués par leurs ambulances qui parcouraient sans arrêt la ville vers l’hôpital et l’infirmerie
située au château d’El Mokrani.

Ciel et terre sont devenus les principales sources de crachats de projectiles pour
arme à feu.

Durant près de trois heures d’accrochage, la ferme a été totalement détruite.
Aucun survivant n’a été constaté à cette époque.

Les noms des martyrs tombés au champ d’honneur ont été connus, il s’agissait de :

- Chahid BOUZIDI Messaoud ben Osmane né le 27/05/1921 à BBA. Notre voisin du
faubourg Lagraphe , il avait des contacts révolutionnaires avec ma famille.
Ancien joueur de football avec son frère Zouaoui au club du fameux CABBA . Il
portait les couleurs du club jaunes et noires avant la révolution, de grande
taille aux cheveux du genre châtains, une dent en argent embellissait son sourire.
Membre de l’OCFLN avant de rejoindre le maquis en 1957, promu officier de l’ALN
et en cette bataille il a opté pour le séjour des bienheureux en tant que martyr
en 1961.le stade municipal du centre ville porte actuellement son nom..

Cabba 1949
Debout de Gche à Dte : BOUZIDI Messaoud - BOUZIDI Zouaoui - ATTIA Amar AYADAT Salem

Accroupis : ZETCHI Abdelmadjid - AREZKI Koko - LAMMARI Hamida - CHENITI
Said (dit TAM) - ZEHAR El Hadi - AREZKI Abderrahmane

- Chahid DELCI Abderrahmane officier de l’ALN, on disait qu’il est natif de la
ville de DELLYS près d’Alger, tombé au champ d’honneur dans cette bataille
inoubliable en 1961. Une rue à l’intérieur du centre ville porte également son
nom.

Abderrahmane Adelci et Rabah ou Slimane
A droite Abderrahmane Delci avec Rabah ou Slimane de Djaafra.

- Chahid MADOUI Ali ben El Khier né le 01/03/1940 à El Anasser près de BBA a
rejoint la révolution en 1960 en sa qualité de Secrétaire de la nahia
(région).Ancien camarade de classe, avait choisi sa mort au champ d’honneur les
armes à la main pour la libération du pays en cette bataille en 1961. Un lycée au
faubourg de la gare a été baptisé en son nom.


Chahid MADOUI Ali

D’autres martyrs au nombre indéfini, les uns parlaient de deux et d’autres
avançaient le chiffre de quatre pour avoir un total de 05 ou 07 chouhada. ALLAH
YARHAMHOUM.

Ils ont préféré mourir pour sauver des vies humaines de contact dans BBA ville et
la mise à feu de toutes les pièces administratives révolutionnaires afin d’éviter
des arrestations dans le camp des adhérents où ces derniers auraient été passés à
être exécutés à mort devant cette grave situation.

Et la guerre continue par des attentats dans cette ville et le harcèlement des
autorités militaires françaises malgré les morts et les arrestations coutumiers.

REBBACHE Laid

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria